Rejoindre sa tribu


A chaque aube nouvelle, une part de moi devient plus lasse encore, quelque chose de la totale désespérance m'alourdit tout à fait, je me sens mourir mille fois entre le matin et le soir avec les millions d'animaux non humains qui sont assassinés en un seul jour , je hurle d' impuissance sachant que les forêts ne cessent de bruler, face à l'innommable souffrance animale non humaine et celle des bébés humains qui meurent encore de faim au XX ème siècle, ...Ce désamour de nos civilisations dominantes pour la terre, pour les êtres vivants, pour l'innocence, me met à genou.

Je me sens moi même emprisonnée dans ce même cauchemar auquel je participe, je le sais, quand je laisse mes pensées noires noircir un peu plus le monde, aussi quand j'éprouve à mon propre égard une telle indifférence, oubliant en chemin mon âme, la laissant s'éloigner de ma conscience, quand je piétine mes propres blessures, il y a tant à faire ailleurs...

Je sais pourtant que je ne suis d'aucune utilité aux autres si mon coeur va si mal...


L'autre partie de moi s'accroche aux branches, je vais là où sont mes origines, quelque part dans une forêt primaire équatoriale il y a 300 millions d'années, j'aime monter jusqu'à la cime et regarder l'horizon depuis la canopée. La vie grouille, insolente, je m'enivre de symphonies. Là, à cet endroit précis, je suis en totale sécurité... mon petit amour se serre contre ma poitrine. Il s'apaise en écoutant les battements de mon coeur de mère, prête à tout pour protéger sa vie.

Qu'importe si je ne trouve plus de connexion avec la grande famille humaine, me croire seule est une illusion. Il me suffit de regarder courir ma chienne, insouciante, toute occupée au seul bonheur de vivre, il me suffit de contempler mes félines qui prennent le soleil, il me suffit de faire comme elles, de me lover dans la lumière. Il me suffit de penser à mon compagnon humain qui partage mes valeurs... de fermer les yeux pour plonger dans le regard bleu de maman, de tendre l'oreille pour entendre les sifflements gais de papa

Pour tout ça, merci, merci, merci



En rêve, j'appelle le cobra d'or pour qu'il purifie mes mémoires, la panthère noire et svelte pour me libérer de la culpabilité...La déesse mère me prend dans ses bras, ELLE me dit " je t'aime", je lui dis "moi aussi"...

J'appelle le grand chêne pour me réaligner, le saule pleureur pour relier mes racines à l'eau qui régénère, je demande aux deux parties de moi même qui s'étaient fragmentées de se réunifier...


J'ai eu la vision d'un petit lapin que quelqu'un retenait dans ses grosses mains barbares.

Et puis soudain je l'ai vu s'échapper et bondir. Une telle énergie de libération m'a alors parcourue toute entière. Il ne tient qu'à moi de me libérer de toute entrave.

Il ne tient qu'à moi de donner encore plus de vie à mon rêve pour qu'il se manifeste

Mon immense tribu m'attend, prête à marcher sur les sentiers de ce monde et des autres pour rétablir l'harmonie et permettre à chaque être de vivre en paix, libre et heureux.


Et vous, avez vous rejoint votre tribu?


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout