La puissance de la prière

La prière


Souvent, très petite, je priais. C’était si naturel

Inquiète dès mon plus jeune âge, et portant le fardeau du monde, j’avais trouvé là un peu de réconfort et mon impuissance, mes effrois de petite fille jetée dans l’existence semblaient moins colossaux

Et puis il y a eu le catéchisme, parfois si riche d’enseignement et de débats enflammés avec des enfants de différentes cultures et de conditions sociales diverses.

Mais aussi avec son lot de dogmes qui tue la spontanéité, l’expression vive propre à l’enfance.

Il y a eu ce jour, je devais avoir 9 ans… « La dame du caté » nous a interrogé sur le contenu de nos prières…j’ai répondu naivement « je prie pour que mes parents, que mes frères, que Comète ma chienne aillent tous bien… « En somme, des préoccupations propres à l’enfant dont le monde affectif est essentiellement la famille qui l’a vu naitre…

La dame du caté a répondu cinglante : « en fait tes prières sont intéressées, tu demandes des choses pour toi même… »

Je me souviens du coup de couteau que j’ai reçu ce jour là, de ma souffrance de petite fille, injustement traitée malgré mon sentiment profond que je faisais le bien.

J’ai quitté le groupe et j’ai pleuré tout le long du chemin. Elle a tenté de me rattraper, de s’excuser pour ses mots terribles mais le mal était fait.

Après ça, j’ai cessé de prier, j’ai perdu cette faculté naturelle, ça a duré, duré…


Et puis un jour j’ai recommencé

Libérée depuis longtemps des dogmes religieux, j’ai retrouvé le gout de la prière.

et je demande toujours quelque chose à ce moment.


Il n’y a pas de mal à demander, bien au contraire, demander, c’est reconnaître que je ne suis pas seule…que tout est possible, que l’infini existe, que les guides sont là, toujours près de moi du moment que je les invoque…


Quand je prie, mon cœur s’ouvre immensément, je me mets à dialoguer avec mon âme, je me mets en lien avec tous les êtres en souffrance, je leur envoie tout mon amour, je me relie, je rends possible ce qui pourrait sembler totalement inaccessible, par ma prière, je rejoins des milliards d’autres prières pour adoucir le monde, apporter de la lumière guérisseuse.

Quand je prie, je suis déjà en action par l’attention que je porte au monde, je deviens responsable, non pas coupable mais responsable de tout ce qui entre dans mon champ de conscience et la puissance de ma prière alors m’apporte l’énergie nécessaire pour agir dans le manifesté…


Quand je prie, je suis reliée…

Je suis dans un espace sacré, je reconnais toute la beauté qui m’entoure,

je peux être allongée sur l’herbe épaisse et fraiche les jambes et les bras grand ouvert ou à genou le front sur la terre, sur le ventre… assise, le dos érigé tel la colonne de mon temple, debout, embrassant tout le paysage, jouant du tambour pour accompagner les pulsations du vivant, soutenue par le chant…

Je peux être dans la nature ou dans un espace clos.

Qu’importe…

Partout, je peux prier et je fais alors un pacte d’amour immense avec l’univers entier.


Et vous est ce que vous priez ?

S i oui que cela vous procure t’il ?

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout